Aller au contenu

Faire ses relevés météorologiques

Quand il fait beau à Paris, quel temps fait-il dans notre jardin? Si nous sommes tous contents de pouvoir bénéficier de prévisions plutôt fiables de nos instituts météorologiques, il faut savoir que les relevés sont souvent effectués à plusieurs kilomètres (voire centaine de kilomètres) de notre habitation. En ce qui nous concerne, les relevés sont ceux de Bourg-Saint-Maurice, situé à 45km à vol d'oiseau...

En montagne, les microclimats sont rois

Sur une même parcelle, à quelques mètres de distance, nous pouvons trouver des microclimats très différents. Les quantifier nous aide par exemple à choisir l'implantation d'une culture ou d'un potager. Il n'est pas nécessaire d'investir dans un équipement de pointe pour obtenir des relevés intéressants et exploitables. Un thermomètre et un pluviomètre suffisent amplement. Un baromètre peut également apporter quelques informations intéressantes, mais nous n'avons pas trouvé de solution auto-construite facilement étalonnable. Le baromètre à aiguille que l'on peut trouver en brocante est une bonne alternative, mais il faudra l'étalonner en fonction de votre altitude pour une bonne mesure de la pression absolue. Vous pouvez vous aider des relevés de Météo France, si la station la plus proche de votre domicile est située à peu près à même hauteur. Nous avons de notre côté obtenu la pression atmosphérique du lieu en interrogeant le calculateur de notre voiture!

Choix du thermomètre

Il en existe de toutes sortes, analogiques, digitaux etc. Choisissez-le en fonction de vos envies et de votre budget. Les modèles de base vendus en jardinerie sont suffisants. Préférez ceux affichant les mini et maxi, ce qui vous permettra de voir l'évolution des températures sur 24h (ou alors, sous nos latitudes et en été, vous pouvez relever la température de visu à 4h du matin pour la minimale, et vers 14h pour la maximale...). Le thermomètre est à placer à un endroit représentatif de votre terrain, mais à l'ombre car le rayonnement direct du soleil fausserait complètement les mesures.

Fabriquer son pluviomètre

Il existe des pluviomètres tous faits et pour tous les budgets, mais il est aisé de le fabriquer soi-même avec des objets de récupération. Le contenant sera idéalement haut et long pour une meilleure lecture des faibles précipitations. Un bocal lisse et en verre est parfait, mais une bouteille en plastique peut également convenir. L'ouverture du récipient sera coiffée d'un entonnoir ou de ce qui peut y ressembler. Plus grand est le diamètre de cet entonnoir, meilleure est la précision, surtout en cas de précipitations accompagnées de fort vent.
Vous pouvez par exemple couper le haut d'une bouteille en plastique, juste en dessous du rétrécissement du goulot, retourner cette partie à l'intérieur de la bouteille, de manière à former un entonnoir, et la fixer avec du ruban adhésif.
Votre pluviomètre est prêt, il faut maintenant l'étalonner.
L'unité de mesure en France est le millimètre par mètre carré. Mesurer le rayon en mm de l'entonnoir (Ra) et celui en mm du fond du récipient (Rb). La formule (Ra x Ra)/(Rb x Rb) vous donne la mesure en mm entre deux graduations du pluviomètre. Chaque graduation représente 1mm/m2 (plus de précisions et de détails sur "allées chez soi" en cliquant ici).
Si vous le souhaitez, vous pouvez nous faire parvenir vos mesures et nous vous enverrons votre échelle graduée à imprimer.

Visualiser ses relevés mensuels

Rien de mieux qu'un graphique pour se faire une bonne représentation des mesures effectuées. Nous mettons régulièrement à jour nos relevés sur cette page.
A votre disposition, voici un tableau éditable sous calc (open/libre office) [telecharger], modifiable selon vos besoins.  Nous vous invitons à partager avec nous vos observations et contributions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.