Aller au contenu

production de chaleur

Les besoins en chauffage d'un chalet de moyenne montagne, dans les Alpes du Nord, avec un masque d'ensoleillement de novembre à mars sont assez conséquents! La saison de chauffe s'étend selon les années de septembre à juin. Les températures peuvent descendre, et de façon durable, jusqu'à -30°C.

Installation à l'achat:
- 8 radiateurs à gaz propane (2 à 6kW)
- 1 insert de cheminée non fonctionnel
- 1 chauffage mobile gaz à catalyse (sdb)
- 2 chauffe-bains à gaz (sdb 10kW + cuisine 5kW)
- isolation faible et vétuste (panneaux polystyrènes expansés/extrudés attaqués par rongeurs et fourmis ou 10cm de laine minérale tassée  par son propre poids en bas des murs)
Résultat: 1,7T de gaz consommé en 3 mois pour 15-16°C en moyenne à l'intérieur, et -6°C en moyenne à l'extérieur. ΔT° très important au rez-de-chaussée nous obligeant à regrouper les matelas autour du radiateur le plus puissant la nuit.

Installation actuelle:
- Fourneau-bouilleur Godin Chatelaine ref.5155 (10kW rayonnés/9kW bouilleur) à double combustion
- Plomberie en parapluie pour permettre le thermosiphon
- Vanne 4 voies manuelle
- Préparateur d'eau chaude Cordivari Bolly 1 (200 L)
- Murs chauffants au rdc et sdb (circulation par serpentin multicouche dans 5cm d'enduit argile/paille/sable)
- Radiateurs fonte d'aluminium dans les chambres
- Isolation: IPI de tous les murs et plafond du rdc (2011) avec +20cm de laine minérale λ=0.032W/(m.k.) issue de matériaux recyclés et sans COV; menuiseries Bieber, vitrage St-Gobain 4-16-4 argon; IPI fibre de bois cloisons internes.

Résultat: Création d'une inertie thermique et  diffusion de la chaleur par rayonnement. Maintien aisé de 16 à 19°C en moyenne, en utilisation raisonnée du bois.

Le Ta(lab)vé peut facilement intégrer n'importe quelle source de chauffage, du marché ou expérimentale, via la création d'un ballon tampon auto-construit, multi-sources et stratifié. La diffusion par murs chauffants permet un fonctionnement optimal à basse température (vers 30°C).
Nous avons observé qu'une baisse trop importante de la température ambiante (<16°C) entraîne une surconsommation de la ressource pour revenir à une plage de température confortable (16 à 19°C). L'adjonction d'un tampon et d'une production semi-automatisée (en cas d'absence ou la nuit) devrait grandement améliorer l'impact écologique du chauffage.
La contrainte électrique nous amène à explorer des moyens simples, ne nécessitant peu ou pas de régulation électronique ou de circulation forcée.

La combustion directe ne nous paraît pas la solution le plus efficace  pour l'exploitation du bois-énergie. Pour les besoins de chauffage du chalet, nous souhaitons privilégier la création d'un cycle en brûlant le gaz produit par la décomposition anaérobie d'une partie de cette biomasse (digesteur et/ou méthode Jean Pain raisonnée). De plus, il serait possible de récupérer une petite partie de la chaleur produite par les micro-organismes thermophiles et aérobie, ainsi que les résidus de décomposition pour le chauffage d'une serre et le renouvellement des sols (cultures et forêt fournissant le bois).

Ainsi, nous contribuons à prendre soin de notre Environnement et à rendre à la Terre ce que nous lui prenons.

 

Nous avons besoin de compétences pour l'amélioration du tampon :
- la possibilité de stockage chimique des excédents estivaux pour une utilisation en hiver (Na2SO4,10H2O)
- l'amélioration de l'installation de plomberie
- la suppression du stockage d'ECS (pertes) pour une production ECS instantanée
- la mise en place d'un système de production et de stockage du méthane issu de la biomasse locale (biogaz)