Aller au contenu

production d’eau potable

Le chalet est alimenté en eau par une source intermittente. L'eau émerge d'un amas caillouteux au pied d'un épicéa. Elle est captée à même le sol et circule vers un regard où elle est grossièrement filtrée par une crépine. Elle circule ensuite dans  un tuyau faiblement enterré, passant sous la route desservant le plateau des Glières.
Une cuve de stockage de 2000L semi-enterrée en amont dessert directement le chalet par gravité à une pression d'environ 1bar.
Le risque de contamination au niveau du captage et du stockage étant élevé, cette eau n'est pas directement consommable. Nous avons installé une stérilisation par UV pour la potabiliser.

Nous avons connu plusieurs pénuries, qui nous ont amené à modifier notre façon de consommer l'eau. Aidés par une fosse septique hors d'usage, nous avons adopté les toilettes sèches! Un lave-vaisselle consommant 11L d'eau/cycle a été modifié pour pouvoir fonctionner sur l'installation photovoltaïque (shunt résistance, alimentation directe ECS).

L'adoption du "seau-douche" permet de maîtriser sa consommation: la douche a été simplement remplacée par un seau dans la baignoire, dont on écope le contenu grâce à un petit récipient. Ainsi, 10 à 15L d'eau sont largement suffisants pour se laver complètement et efficacement.

Malgré toutes ces précautions, l'autonomie en eau est toujours incertaine en hiver. Hiver 2011-2012: les température de Février oscillent entre -15°C et -30°C, causant de nombreux dégâts en plaine... et au Talavé le gel du tuyau d'alimentation de la cuve à son point bas (passage sous la route). Le bouchon de glace ne cèdera que début mai. 2 mois sans eau en plein hiver, avec 2 enfants en bas âge et 2 ânes fait réfléchir...

Nous voulons multiplier les sources d'approvisionnement et la capacité de stockage, améliorer la qualité de l'eau stockée, et mettre en place un moyen "passif" de potabilisation (cf schema).
Le traitement des eaux grises constitue également une priorité, pour atteindre a minima une qualité baignade.

Au Ta(Lab)vé, nous avons besoin de vos compétences pour:
- améliorer les capacités de stockage (en cuve ou autre)
- développer d'autres moyens de production (condensation passive etc.)
- mettre en place un/des moyen(s) de potabilisation économe(s) en énergie primaire (ultrafiltration ou autres)
- améliorer la valeur nutritionnelle et énergétique de l'eau bue (réservoir, dynamisation, mémoire de l'eau etc.)